La France se dote d’un cyber commandement

 

Sécurité : Le ministre de la Défense Jean-Luc Le Drian présentait hier les nouveaux locaux du pôle Cyberdéfense et de la direction générale de l’armement Maîtrise de l’information. Il a annoncé à l’occasion la constitution d’un commandement destiné à la cyberdéfense.

 

 

 

 

 

 

La réflexion avait débuté en 2008, mais l’armée française continue de développer son action sur le terrain informatique. Le ministre de la Défense Jean-Luc Le Drian inaugurait hier les nouveaux locaux du pôle cyberdéfense située à Rennes, ainsi que ceux de la Direction générale de l’armement maîtrise de l’Information (DGA-MI), à Bruz. La DGA-MI est une division au sein de la Direction générale de l’Armement chargée de concevoir et de développer des outils à destination des forces armées afin de mieux protéger les systèmes d’information ou de développer des solutions à destination du monde de renseignement. Selon Le Point, la division compte actuellement 400 personnes en son sein et devrait à terme en rassembler 600.
L’annonce d’un commandement cyber est néanmoins la véritable nouveauté parmi les annonces du ministre. Celui-ci sera constitué de 2600 militaires formés à la sécurité informatique et aux opérations de cyberdéfense, qui seront également épaulés par 4.400 réservistes. Ces effectifs devraient être déployés sur le territoire d’ici 2019 selon 20minutes. Dans l’immédiat, ce nouveau commandement devrait travailler sur la mise en place d’une doctrine afin d’encadrer et de définir exactement les attributions de cette nouvelle force. Celle-ci devrait être publiée dans les prochaines semaines selon le Point.

Des cyberarmes, des chouettes, des brillantes…

La France ne cache plus sa capacité à mener des attaques informatiques dans le cadre de ses opérations militaires depuis plusieurs années. Le ministre avait déjà confirmé par le passé que l’armée française disposait de capacités offensives sur le terrain de la cyberdéfense et que celles-ci étaient activement utilisées. Il est revenu sur ce sujet hier, précisant que les missions de ce nouveau commandement cyber incluaient la défense, le renseignement, mais aussi la riposte. « Nos capacités cyber offensives doivent donc nous permettre de nous introduire dans les systèmes ou les réseaux de nos ennemis, afin d’y causer des dommages, des interruptions de service ou des neutralisations temporaires ou définitives, justifiées par l’ouverture d’hostilité à notre encontre » a ainsi précisé le ministre.

L’ensemble de ces efforts en matière de cyberdéfense s’appuie évidemment sur le pôle d’excellence Cyber constitué en Bretagne. Initié par le ministère et le conseil régional, celui-ci a permis la signature de plusieurs accords entre industriels et formateurs de la région afin de financer le développement et la formation en matière de cybersécurité dans la région. Ainsi, plus de 2800 étudiants ont été formés en l’espace de trois ans au sein des différentes formations proposées par les membres du pôle d’excellence Cyber.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *