Des Drones Utilisés Dans les Exploitations agricoles

 
 Des Drones Utilisés Dans les Exploitations agricoles
agriculteur

Les agriculteurs sont les premiers utilisateurs des avions sans pilote, qui permettent d’améliorer les marges tout en réduisant l’impact des engrais sur l’environnement.

Les nouvelles technologies et le numérique s’invitent dans les fermes et les campagnes. Les agriculteurs les emploient de plus en plus.

Airinov Le leader français des drones agricoles emploie 40 personnes et réalise 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires. Ses appareils sont utilisés par 8000 exploitations. Ils ont survolé 50.000 hectares avec une moyenne de 20 hectares par vol.

Quatre facteurs expliquent l’engouement des agriculteurs. Le premier est agronomique. «La vue générale de la parcelle permet de mesurer au centimètre près les besoins d’engrais de la plante. L’agriculteur peut optimiser les quantités d’azote sur ses cultures tout en respectant l’environnement.»
Seconde raison: l’exploitant réduit ses frais car il gaspille moins d’azote. Après trois ans de recul, Airinov, qui détient plus des trois quarts du marché hexagonal.  L’investissement est rentable. «Pour un champ de colza, le gain moyen réalisé grâce au drone se chiffre à 107 euros par hectare et 69 euros par hectare pour le blé. Cela représente une baisse des charges de 10 à 20 % par hectare suivant les rendements.» L’achat d’un appareil est intéressant pour les fermes de plus de 100 hectares de culture.

Troisième explication: le coût. Bien que trois fois moins cher qu’il y a trois ans, le drone professionnel est encore commercialisé à 10.000 euros. Mais son prix continue de baisser. Airinov expose au salon un drone plus un kit d’utilisation à moins de 5000 euros. Moins Onéreux et plus simple d’utilisation ce drone s’adresse aux agriculteurs qui souhaitent s’en servir par leur propres moyens.

Un quatrième élément explique leur succès. «Ces appareils fédèrent des agriculteurs isolés sur leurs parcelles. Ils sont synonymes d’appartenance à une communauté, celle des pionniers.

L’utilisation de ces appareils dans les cultures va encore se développer. Des drones capables de détecter les mauvaises herbes et les maladies des plantes sont en maintenant en projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *